Êtes-vous adultes dans la foi ?

Peut-être avez-vous été étonnés par la réponse sans ménagement de Jésus à sa mère à Cana : « Femme ! Que me veux-tu ? »… Comme pour lui signifier que, à 30 ans passés, Il entrait désormais dans une nouvelle étape de sa vie. La parole reçue de son Père lors de son baptême au Jourdain – « Tu es mon Fils bien-aimé en qui j’ai mis ma confiance » – marquait pour lui un seuil et un point de non-retour. Ce que les juifs appellent « l’adoption filiale » : le moment où le Fils reprend le flambeau de son père et assume pleinement sa vie d’adulte.

Cette étape décisive correspond dans nos vies chrétiennes à la Confirmation. Si le baptême est notre naissance à la vie de la grâce et l’eucharistie le sacrement qui accompagne notre croissance spirituelle, la confirmation parachève cette initiation et marque notre entrée dans la maturité spirituelle.

Le chrétien adulte se reconnaît à ce qu’il connait sa place dans l’Église et s’y engage résolument. Il se sait associé à l’œuvre que lui confie le Père. Rien à voir avec cette « éternelle adolescence » – une forme de passivité complaisamment entretenue – dans laquelle la société de consommation entend enliser la jeunesse. L’Église n’est pas là pour nous « materner » : elle nous conduit au Père qui nous associe chacun à sa mission.

Dans la vie de la grâce, cette mission prend des colorations variées. A chacun sa place, à chacun ses charismes : « Frères, les dons de la grâce sont variés, mais c’est le même Esprit. Les services sont variés, mais c’est le même Seigneur. Les activités sont variées, mais c’est le même Dieu qui agit en tout et en tous. À chacun est donnée la manifestation de l’Esprit en vue du bien. »

Permettez-moi deux questions. Deux interpellations valables quel que soit votre âge :

  • Avez-vous reçu la confirmation ?
  • Si oui, êtes-vous certain d’être entré pleinement dans la maturité chrétienne ? Avez-vous pris à bras-le-corps votre mission au cœur de l’Église ? Y avez-vous trouvé votre place et y déployez-vous vos charismes ?

Si vous n’en êtes pas sûr, ne restez pas sur le seuil. Et sachez qu’il n’est pas trop tard pour faire le pas ! Pour recevoir la confirmation comme pour la revivifier… Nos frères protestants appellent cela le « baptême dans l’Esprit Saint ». Quant aux catholiques, ils préfèrent évoquer « l’effusion de l’Esprit Saint », une sorte de réveil de la grâce reçue à la confirmation.

Non, il n’est jamais trop tard pour devenir adulte dans la foi !

 Abbé Philippe de Maistre