Menu | Contenu | Retour | Actualités | Progression | Rechercher | Pied de page | Accessibilité | Plan du site | Accueil
                                                               
                                                               
| Accueil | Contacts | Horaires | Plan du site |
INTENTIONS DE PRIÈRES DU PAPE (JANV 2015)
- Intention de prière universelle : Prions pour que ceux qui appartiennent aux différentes traditions religieuses ainsi que tous les hommes de bonne volonté collaborent à la promotion de la paix.
- Intention de prière pour l’évangélisation : Pour qu’en cette année dédiée à la vie consacrée, les religieuses et les religieux redécouvrent la joie de suivre le Christ et s’engagent avec zèle au service des pauvres.
Saint André de l’Europe
24 Bis rue de saint-Pétersbourg
75008 PARIS
Tél : 01 44 70 79 00
Fax : 09 57 84 35 08

les photos de la crèche de saint André

Édito du dimanche

25 janvier 2015

Le règne de Dieu est tout proche. Les textes de la parole de Dieu qui sont lus ce dimanche nous rappellent que la venue du Royaume de Dieu n’est pas une perspective lointaine, qui n’aurait pas beaucoup d’effet sur notre vie. Au contraire, c’est maintenant, dès aujourd’hui, que nous est offert, par Dieu, l’accès à son règne d’amour. Peut-être sommes-nous tentés de faire comme Jonas, c’est-à-dire de trouver des prétextes pour repousser ou éviter ce qui va bousculer nos existences. Mais Dieu donne à Jonas (...)

Lire la suite Lire la suite

Le Mot de la semaine du Cardinal André Vingt-Trois

"Le Mot du Cardinal" est diffusé sur Radio Notre-Dame tous les lundis.

http://www.catholique-paris.com/-45-20-Mot-de-la-semaine-audio-.html

L'entretien du cardinal André Vingt-Trois du 23 janvier 2015

La laïcité et la place de la religion à l'école et dans notre société. Le pape et les familles nombreuses.

Lire la suite


Audience : l'absence du père, mal des sociétés occidentales

(RV) Lors de l'audience générale de ce mercredi matin, le Pape a continué sa catéchèse sur le thème de la famille, en évoquant la figure du père. « Ce mot nous est cher, parce que c’est ce nom que Jésus nous a enseigné pour appeler Dieu, prenant alors une nouvelle profondeur. C’est un mot connu de tous. Il indique une relation fondamentale » a souligné le Pape.

François est ensuite parti du constat qu'aujourd’hui, « on en arrive à affirmer que nous sommes dans une "société sans père". En d'autres termes, en particulier dans la culture occidentale, la figure du père serait symboliquement absente, perdue, refoulée ». Si dans un premier temps, cette évolution a d'abord été vécue « comme une libération du père-chef de famille, du père comme représentant de la loi imposée de l'extérieur, du père comme censeur du bonheur des enfants et obstacle à l'émancipation et l'autonomie des jeunes », le Pape déplore que nous soyons passés d'un extrême à l'autre, d'une présence envahissante menant dans certains cas à un « abus de pouvoir », à une « fuite » du père.

Le danger de la relation « au pair »

« Les pères sont parfois tellement concentrés sur eux-mêmes et sur leur relation individuelle, qu'ils en viennent à oublier même leur famille » s'inquiète François, quelquefois, il semble que les pères ne savent pas bien quelle est la place à tenir dans la famille et comment éduquer les enfants. Et alors, dans le doute, ils s'abstiennent, se retirent et négligent leurs responsabilités, parfois en se réfugiant dans une improbable relation "au pair" avec les enfants ». 

Aujourd'hui, « l’absence de la figure paternelle dans la vie des enfants et des jeunes produit des lacunes et des blessures qui peuvent être très graves, relève le Pape. Beaucoup de jeunes vivent comme des orphelins, parce que le père est souvent absent ou ne remplit pas sa tâche éducative, ne donne pas à ses enfants les principes, les valeurs, les règles de vie dont ils ont besoin comme du pain. Ce sentiment que vivent tant de jeunes de se sentir orphelins est beaucoup plus profond qu'on ne le pense ».

Une responsabilité de toute la société

Pour autant, les seuls pères ne sont pas les uniques responsables : « la communauté civile aussi néglige parfois sa responsabilité envers les jeunes. Ainsi ceux-ci demeurent orphelins de maîtres à qui se confier, d’idéaux qui réchauffent le cœur, de valeurs et d’espérance qui les soutiennent. Ils sont parfois nourris par des idoles mais on leur vole leur cœur, ils sont poussés à rêver de divertissements et de plaisirs, mais on ne leur donne pas de travail, ils deviennent ilusionnés par le Dieu argent, et les vraies richesses leur sont niées ».

Devant cette situation, « il est bon de se rappeler que Jésus est le chemin à parcourir, le maître à écouter, l’espérance qu’il peut y avoir un avenir de fraternité et de paix pour tous, conseille le Pape, et de réécouter la promesse que Jésus a faite à ses disciples : "Je ne vous laisserai pas orphelins" ».   

(Tratto dall'archivio della Radio Vaticana)

Lire la suite


Homélie : Demander à Dieu « l'envie » d'accomplir sa volonté

(RV) Dans son homélie quotidienne lors de la messe célébrée à la Chapelle de la Maison Sainte-Marthe, le Pape est revenu ce mardi sur l'importance de la prière pour un chrétien : il faut prier Dieu et lui demander chaque jour la grâce de comprendre sa volonté, la grâce de la suivre et la grâce de l’accomplir jusqu’au bout.

Avant la venue du Christ, a expliqué le Pape, il y avait la loi faite de prescriptions et d’interdictions, qui ne rendait pas justice, et les sacrifices d’animaux, qui ne permettaient pas de « pardonner les péchés ». Puis est venu le Christ qui, avec son sacrifice sur la Croix, a montré que ce n’est pas l’holocauste d’un animal qui a le plus de valeur aux yeux de Dieu, mais l’offrande de sa propre volonté pour faire la volonté du Père.

Comme évoqué dans les lectures de ce jour, le Pape a rappelé l’un des points essentiels de la foi : « l’obéissance à la volonté de Dieu. C’est la route vers la sainteté, la route du chrétien, a affirmé François, que le plan de Dieu soit fait, que le salut de Dieu advienne ». La désobéissance commence avec Adam, au Paradis, et « elle a apporté le mal à toute l’humanité. Les péchés aussi sont des actes de désobéissance à Dieu, a averti le Pape. Alors que le Seigneur nous montre que c’est la route, qu'il n’y en a pas d’autres. Cette route commence avec Jésus, au Ciel, dans la volonté d’obéir au Père ». Mais cette route commence déjà sur Terre avec l’exemple de Marie selon François : « Qu’a-t-elle dit à l’Ange ? "Qu’il me soit fait selon ta volonté". C’est avec ce "oui" que le Seigneur a commencé son chemin parmi nous ».

Prier pour avoir envie de faire la volonté de Dieu

Pour autant, accomplir la volonté de Dieu n’est pas « facile » a souligné le Pape. Même pour Jésus, quand il a eu la tentation dans le désert, et dans le jardin des Oliviers quand il a souffert pour accepter dans son cœur le supplice qui l’attendait. Pas facile non plus pour certains disciples, qui ont arrêté de suivre Jésus car ils ne comprenaient pas ce que voulait dire « faire la volonté de Dieu ». Et pour nous aujourd’hui non plus, ce n’est pas facile car « tous les jours, on nous présente sur un plateau tant de choix différents » a relevé François.

La solution tient dans la prière. Pour le Pape, il faut d'abord prier en se demandant : « je le fais pour que le Seigneur me donne l’envie de faire sa volonté ou je cherche des compromis parce que j’ai peur de la volonté de Dieu ? » La prière permet également de connaître la volonté de Dieu sur soi et sur sa vie, sur les décisions à prendre. Enfin, prier permet aussi de demander de faire la volonté de Dieu. En résumé, pour le Pape, il faut prier « pour avoir envie de suivre la volonté de Dieu, pour la connaître précisément et, une fois connue, pour avancer avec sa volonté ». C'est ainsi que l'on peut recevoir sa grâce : « accomplir la volonté de Dieu nous fait entrer dans la famille de Jésus, nous fait mère, père, sœur et frère » a conclu François.

(Tratto dall'archivio della Radio Vaticana)

Lire la suite


Message du Pape pour le Carême : « Tenez ferme ! »

(RV) « Tenez ferme » : c’est le titre du message du Pape François pour le Carême 2015 qui a été rendu public ce mardi matin en salle de presse du Saint-Siège. Le message a été présenté par Mgr Giampietro Dal Toso, le secrétaire du Conseil pontifical Cor Unum et par Michel Roy, le secrétaire général de Caritas Internationalis. Dans ce texte écrit le 4 octobre 2014 en la fête de Saint François d’Assise, le Pape revient sur un thème qui lui est cher et qu’il ne manque pas de rappeler : la mondialisation de l’indifférence. Parce que « le monde tend à s’enfermer sur lui-même (...), le peuple de Dieu a besoin de renouveau ». Le Carême apparaît alors comme une occasion pour se rappeler de ceux qui souffrent.

Les précisions de Xavier Sartre :

 

« Le Carême est un temps propice pour nous laisser servir par le Christ et apprendre ainsi à servir comme lui » : le Pape François explique que, grâce à l’eucharistie, l’indifférence que nous démontrons trop souvent, « ne trouve plus de place en nous ». Via la prière, nous sommes liés à Dieu et aux saints et « nous pouvons faire quelque chose autant pour ceux qui sont loin, que pour ceux que nous ne pourrions jamais rejoindre par nos propres forces ».

Le Pape insiste fortement sur « la force de la prière », surtout si elle vient de « tant de personnes ». Et de citer « l’initiative 24 heures pour le Seigneur » qui aura lieu les 13 et 14 mars. Au-delà de ces prières, il faut agir concrètement au niveau des paroisses. Le Pape appelle ainsi chaque communauté chrétienne « à franchir le seuil qui la met en relation avec la société qui l’entoure, avec les pauvres et ceux qui sont loin. L’Eglise, ajoute le Pape, est par nature missionnaire, et elle n’est pas repliée sur elle-même mais envoyée à tous les hommes ». Et de souhaiter que « les lieux où se manifeste l’Eglise deviennent des îles de miséricorde au milieu de la mer de l’indifférence ». Sans oublier, évidemment « les gestes de charité, rejoignant aussi bien ceux qui sont proches que ceux qui sont loin ».
 

> Retrouvez le message du Pape en intégralité

(Tratto dall'archivio della Radio Vaticana)

Lire la suite


 

Copyright - Paroisse de Saint-André de l’Europe- 2014