Menu | Contenu | Retour | Actualités | Progression | Rechercher | Pied de page | Accessibilité | Plan du site | Accueil
                                                               
                                                               
| Accueil | Contacts | Horaires | Plan du site |
Intentions du Pape (juin 2016)
* Universelle : Solidarité dans les villes
Pour que les personnes âgées, les marginaux et les personnes seules trouvent, même dans les grandes villes, des occasions de rencontre et de solidarité.

* Pour l’évangélisation : Séminaristes et novices
Pour que les séminaristes, et les novices religieux et religieuses, rencontrent des formateurs qui vivent la joie de l’Évangile et les préparent avec sagesse à leur mission.
Saint André de l’Europe
24 Bis rue de saint-Pétersbourg
75008 PARIS
Tél : 01 44 70 79 00
Fax : 09 57 84 35 08
Voici l’homélie préparée par le père Pascal Montavit pour ce dimanche 26 juin 2016, 13e dimanche du temps ordinaire. La liturgie reprend le chapitre 9 de l’Évangile selon saint Luc, versets 51 à 62.

Dernières publications


Agenda

««  2016  »»
««  Juin  »»

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
303112345
6789101112
13141516171819
20212223242526
27282930123
Événements prochains ou récents

Édito du dimanche

Edito du 26 juin 2016

Suivre le Christ
L’évangile de ce dimanche nous présente Jésus qui monte à Jérusalem. Il sait qu’il y souffrira et y mourra. Il sait aussi que ce chemin conduit à la vie : voilà pourquoi il ose en entraîner d’autres à sa suite. Mais pour être en mesure de suivre le Christ sur le chemin de l’élévation où il nous entraîne, nous devons consentir à certaines exigences et opérer des ruptures violentes dans notre vie. Dans cette perspective, nous devons abandonner toute sécurité illusoire, ne pas fonder notre foi (...)

Lire la suite Lire la suite

Le Mot de la semaine du Cardinal André Vingt-Trois

"Le Mot du Cardinal" est diffusé sur Radio Notre-Dame tous les lundis.

http://www.catholique-paris.com/-45-20-Mot-de-la-semaine-audio-.html

L'entretien du cardinal André Vingt-Trois du 24 juin

Document de réflexions de la CEF en prévision de l'année électorale 2017, les ordinations du 25 juin

Lire la suite


Audience jubilaire : le Pape François rend grâce pour son voyage en Arménie

(RV) Un air de fanfare place saint-Pierre…  Plus de 15 000 fidèles ont pris part ce jeudi 30 juin 2016 à une nouvelle audience jubilaire organisé dans le cadre de l’Année sainte de la Miséricorde, exceptionnellement un jeudi, avant la pause estivale. Devant la foule, le Pape a rendu grâce à Dieu pour son déplacement le week-end dernier en Arménie, la première nation à avoir embrassé la foi chrétienne ; «un peuple qui tout au long de son histoire  a témoigné de sa foi par le martyre».

Marie Duhamel

François a remercié publiquement les Arméniens – les citoyens, le président et le Catholicos Karékine II - de l’avoir accueilli en «pèlerin de fraternité et de paix».  Il a également expliqué les raisons de son prochain déplacement, à nouveau dans le Caucase. Dans trois mois, il se rendra en Géorgie et en Azerbaïdjan. Il souhaite y «valoriser les antiques racines chrétiennes présentes sur ces terres, toujours dans un esprit de dialogue avec les autres religions et cultures», précise-t-il. Ensuite, François veut «encourager l’espérance et les sentiers de paix» dans cette région du monde marquée par le différend territorial entre l’Arménie et l’Azerbaïdjan dans le haut Karabakh. «L’histoire nous enseigne que le chemin de la paix requiert une grande ténacité et des pas en avant, en commençant par des petits pas. Progressivement, en les faisant grandir, pour aller à la rencontre de l’autre». L’espoir du Pape est que chacun contribuent à la paix et à la réconciliation.

Dans l’avion qui le ramenait d’Erevan dimanche, le Pape se proposait simplement de dire la vérité lorsqu’il serait en Azerbaïdjan. «Ne pas faire la paix pour un morceau de terre, c’est quelque chose d’obscure non ?» Il affirmait alors qu’il dirait ce qui lui viendrait à l’esprit mais en étant « toujours positif », pour chercher des solutions viables favorable à la paix.

«Comme chrétiens, a ajouté François, nous sommes appelés à renforcer entre nous la communion fraternelle, pour témoigner de l’Evangile du Christ, et être le levain d’une société plus juste et solidaire». C’est pour cette raison, précise-t-il, que ce voyage a été partagé avec le Patriarche suprême de l’Eglise apostolique arménienne, qui l’a fraternellement accueilli pendant trois jours dans sa demeure.

La miséricorde doit être vécue concrètement

Dans sa catéchèse, le Pape a par ailleurs proposé un «sérieux» examen de conscience aux fidèles. «La miséricorde n’est pas un mot abstrait mais un style de vie» que «je choisis» et qui requiert des actions concrètes, a soutenu le Pape.

«La miséricorde a des yeux pour voir, des oreilles pour entendre et des mains pour réconforter». Quand on passe sans voir, l’indifférence nous rend hypocrite, et «sans nous rendre compte, cela débouche sur une forme de léthargie spirituelle qui rend l’âme insensible et la vie stérile». Le Pape demande aux chrétiens de prendre conscience des souffrances et des besoins de leurs frères et sœurs, «une attention particulière qui leur est demandée».

«Celui qui a expérimenté la miséricorde du Père ne peut rester insensible face aux nécessités de ses frères. L’enseignement de Jésus ne propose pas de voie de fuite. (…) On ne peut pas tergiverser devant une personne qui a faim, il fut lui donner à manger». Il faut voir Jésus dans l’affamé, le prisonnier, le malade, le dévêtu et dans celui qui sans travail doit nourrir sa famille. «Pourquoi doit-on le faire ? Parce que C’est ainsi que Jésus nous regarde.»

En raison des changements dus à la mondialisation, certaines pauvretés matérielles et spirituelles se sont multipliés, constate François. Il convient selon lui de «faire place à la fantaisie de la charité» pour identifier de nouvelles modalités opératives.

Prière pour les JMJ

Il s’agissait de la dernière audience avant l'été. Comme les années précédentes le Pape allège son emploi du temps. Quelques jours de repos seulement, car il reprendra son bâton de pèlerin à la fin du mois. Il se rendra en Pologne à la rencontre de la jeunesse catholique du monde lors des 31ème JMJ de Cracovie du 26 au 31 juillet.

D’ailleurs dans son salut aux fidèles polonais présents ce jeudi place Saint-Pierre, le Pape leur a demandé de prier pour lui et pour les jeunes qui en Pologne et dans tout le monde chrétien se préparent à la rencontre imminente de Cracovie.

Il a par ailleurs adressé un autre salut à une association s’occupant de conseiller les travailleurs, en les encourageant à «promouvoir la culture du travail qui garantit la dignité des personnes et le bien commun de la société à partir de sa cellule de base, la famille. Car c’est en effet la famille qui souffre le plus des conséquences d’un emplois mauvais : mauvais parce qu’il fait défaut et qu’il est précaire». Le pape recommande aux consultants du travail, de ne pas se limiter à un travail d’assistance mais de défendre et promouvoir l’emploi «afin qu’au niveau national et européen les institutions et les acteurs économiques poursuivent de manière concertée l’objectif du plein et digne emploi».

(CV-MA)

 

(Tratto dall'archivio della Radio Vaticana)

Lire la suite


François : la prière, voie de sortie de nos fermetures personnelles

(RV) Ce mercredi 29 juin 2016, le Pape François a présidé dans la basilique Saint-Pierre la solennité des saints Pierre et Paul, « deux apôtres sur la foi desquels s’est fondée l’Église de Rome » qui les vénère depuis comme patrons ; deux « colonnes », « deux grandes lumières qui brillent dans le ciel de Rome mais également dans le cœur des croyants d’Orient et d’Occident ».
Lors de la célébration, le Pape a béni les palliums des nouveaux archevêques métropolitains nommés dans l’année. Devant eux, il a expliqué comment les deux apôtres étaient parvenus à s’abandonner à Dieu et à sa sainte volonté, par la prière. Marie Duhamel

Ce mercredi, la parole de Dieu contient un binôme central : fermeture/ouverture. Pierre jeté en prison pour être exécuté sur les ordres d’Hérode et finalement libéré par l’ange du Seigneur, tandis que « l’Église priait Dieu pour lui avec insistance » (Ac12,5). Dieu a répondu à sa prière. Concernant les fermetures, dit le Pape, la prière, « en tant qu’humble abandon à Dieu et à sa sainte volonté », apparait comme « la voie de sortie principale » de nos fermetures personnelles.

Le récit de la confession de Pierre (Mt 16, 13-19) montre que sa vie, comme celle de chacun de nous, « s’ouvre, s’épanouit pleinement lorsqu’elle accueille de Dieu la grâce de la foi ». L’homme sort de ses « sécurités humaines » et se met en route. « La prière de Jésus est décisive », tout comme « le regard plein de compassion du Seigneur après que Pierre l’a renié trois fois » ajoute François.

Le Pape évoque également le récit de libération fait par Paul lorsqu’il écrit à Timothée. « Il est beau de voir la vie de l’Apôtre toute ‘‘en sortie’’ grâce à l’Évangile : toute projetée en avant, d’abord pour porter le Christ à ceux qui ne le connaissent pas, et ensuite pour se jeter, pour ainsi dire, dans ses bras, et être conduit par lui, sain et sauf au ciel, dans son Royaume ».

Tentation de se replier sur soi

La prière est également la « voie principale de sortie » pour la communauté « qui risque de se replier sur elle-même à cause de la persécution et de la peur ». Libéré, Pierre se présente à la porte d’une maison amie. Une porte qu’on ne lui ouvre pas tout de suite, seulement après qu’il a longuement frappé. « Le récit nous fait percevoir le climat de peur dans lequel se trouvait la communauté chrétienne, (…) enfermée à la maison, fermée aussi aux surprises de Dieu. » François souligne qu’il existe ainsi toujours « la tentation » pour l’Église de « se replier sur elle-même face aux dangers ».

« La prière permet à la grâce d’ouvrir une voie de sortie : de la fermeture vers l’ouverture, de la peur vers le courage, de la tristesse vers la joie. Et nous pouvons ajouter : de la division vers l’unité. » La fête des saints Pierre et Paul demeure « une fête de communion pour toute l’Église », comme le démontre cette année encore la présence de la délégation venue du Patriarcat de Constantinople et des archevêques métropolitains nommés dans l’année, venus à Rome pour la bénédiction de leurs palliums, une écharpe de laine blanche, un symbole d’unité.

Parmi eux, Mgr Dominique Lebrun, le seul archevêque français nommé par le Pape depuis juin 2015. L’imposition du pallium s’effectuera ensuite dans son diocèse à Rouen en la cathédrale Notre-Dame. La cérémonie officielle, présidée par le nonce en présence des cinq autres évêques de la province de Normandie, est prévue cet automne. (XS-MD)

(Tratto dall'archivio della Radio Vaticana)

Lire la suite


Angélus : le Pape François prie pour les victimes d'Istanbul

(RV) « Prions pour les victimes, pour leurs proches et pour le cher peuple turc ». Le Pape François, lors de l’angélus place Saint-Pierre, ce mercredi 29 juin 2016, à l’occasion de la solennité des Saints-Pierre-et-Paul, a évoqué « l’horrible attentat terroriste » qui a frappé l’aéroport international d’Istanbul mardi dans la soirée et qui a causé la mort, selon un bilan provisoire, de 36 personnes. « Que le Seigneur convertisse les cœurs des violents et soutienne nos pas sur la route de la paix » a conclu François.

Le Pape a également évoqué la Conférence internationale sur les investissements responsables à impact social, intitulée « Faire de l’Année de la miséricorde une année d’impact pour les pauvres ». « Que les investissements privés puissent, avec ceux du public, favoriser la sortie de la pauvreté de tant de personnes mises à la marge » a souhaité le Saint-Père.

Pierre et Paul frappent à notre porte

Avant de réciter la prière de l’angélus depuis la fenêtre de ses appartements, le Pape François a rappelé que c’est l’entière Église universelle qui regarde vers les saints Pierre et Paul « avec admiration, les considérant comme deux colonnes et deux grandes lumières qui brillent non seulement dans le ciel de Rome mais dans le cœur des croyants d’Orient et d’Occident ».

« Si la foi chrétienne est une partie vive et fondamentale du patrimoine spirituel et culturel de ce territoire », c’est grâce à ces deux saints qui se firent, malgré les difficultés, « annonciateurs et témoins de l’Évangile parmi les gens », scellant « par le martyr leur mission de foi et de charité ».

« Pierre et Paul, aujourd’hui reviennent idéalement parmi nous […], frappent à la porte de nos maisons, mais surtout de nos cœurs », a expliqué François. « Ils veulent apporter encore une fois Jésus, son amour miséricordieux, sa consolation et sa paix ».« La foi pure et solide de Pierre, le cœur grand et universel de Paul nous aiderons à être des chrétiens joyeux, fidèles à l’Évangile et ouverts à la rencontre avec tous ».

Le Pape est revenu sur la messe célébrée un peu plus tôt, durant laquelle il a béni les palliums des archevêques métropolitains nommés dans l’année. Il a renouvelé ses encouragements envers ces nouveaux archevêques présents à Rome à cette occasion pour qu’ils poursuivent avec joie leur mission en communion avec toute l’Église et spécialement avec le Siège de Pierre. François a également salué les membres de la délégation du Patriarcat œcuménique de Constantinople venus à Rome à l’occasion de la Saints-Pierre-et-Paul, demandant de prier pour que « les liens de communion et le témoignage commun se renforcent toujours plus ». (XS)

(Tratto dall'archivio della Radio Vaticana)

Lire la suite


 

Copyright - Paroisse de Saint-André de l’Europe- 2014