Menu | Contenu | Retour | Actualités | Progression | Rechercher | Pied de page | Accessibilité | Plan du site | Accueil
                                                               
                                                               
| Accueil | Contacts | Horaires | Plan du site |
Intentions de prière du pape (Sept 2014)
- Universelle - Les personnes déficientes mentales
Prions pour que les personnes souffrant d’une déficience mentale reçoivent l’amour et l’aide dont elles ont besoin pour une vie digne.
- Pour l’évangélisation - Le service des pauvres
Pour qu’inspirés par la Parole de Dieu, les chrétiens s’engagent au service des pauvres et de ceux qui souffrent.
Vidéo Rendez-vous sur le site pour tout comprendre sur le Denier de l’Église... dans la joie ! Donner 2€ (ou plus ;-)), si possible régulièrement, c’est le signe d’un engagement auprès de son Église. Donnez c’est participer !
Saint André de l’Europe
24 Bis rue de saint-Pétersbourg
75008 PARIS
Tél : 01 44 70 79 00
Fax : 01 44 70 79 09

Agenda

««  2014  »»
««  Septembre  »»

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
293012345
Événements prochains ou récents
 

Bienvenue au père Martin NAYO

prêtre étudiant togolais, qui nous rejoint pour cette année universitaire.
 

Horaires des messes dès le 1er septembre

Messes de semaine :
Mardi et jeudi : 8h30 et 12h15
Mercredi et vendredi : 8h30 et 19h
Samedi : 9h.
Messes dominicales :
Samedi 18h30
Dimanche 10h45 et 19h.

Adoration eucharistique :
Vendredi 9h-13h et 16h-19h.

Prière de l’Église :
Milieu de jour : mardi et jeudi à 12h10
Laudes : jeudi à 8h10

Édito du dimanche

14 septembre 2014

Lorsque l’on regarde le cierge pascal, bien en vue au chœur de nos églises, pendant le temps de pâques, on sait bien qu’il proclame à sa façon le Christ ressuscité, lumière du monde. Mais on remarque aussi, gravés sur ce même cierge, la croix et parfois les cinq grains d’encens rappelant les plaies de Jésus. Ce rappel a son importance. En effet, ce Christ ressuscité, Alpha et Oméga, lumière des nations, c’est le même que le crucifié du vendredi saint. Parce que son itinéraire a été fidélité intégrale à son (...)

Lire la suite Lire la suite

Le Mot de la semaine du Cardinal André Vingt-Trois

"Le Mot du Cardinal" est diffusé sur Radio Notre-Dame tous les lundis.

http://www.catholique-paris.com/-45-20-Mot-de-la-semaine-audio-.html

L'entretien du cardinal Vingt-Trois du 19 septembre 2014

Entrevue avec le roi de Jordanie et les représentants des grandes religions présentes en France. L'information sur les aumôneries dans les collèges publics. Le drame des migrants en Méditerranée.

Lire la suite


« Tuer au nom de Dieu est un grand sacrilège ! »

(RV) À l’université catholique Notre Dame du Bon Conseil à Tirana, le Pape François s’est adressé en fin d'après-midi aux leaders des différentes confessions et religions présentes en Albanie : juifs, orthodoxes, musulmans, évangéliques et bektashis, une confraternité islamique d’origine soufie. Les évêques albanais étaient également présents.

L’occasion pour le Saint-Père de fustiger les atteintes à la liberté de conscience et religieuse mais aussi et surtout l’intolérance à l’égard des autres religions, « un ennemi particulièrement insidieux, qui malheureusement se manifeste aujourd’hui en différentes régions du monde. » Le Pape François exhorte les croyants à être particulièrement vigilants pour que leur religiosité et leur éthique s’exprime toujours par des attitudes dignes du mystère qu’ils entendent honorer et à refuser tout usage déformé de la religion. « La religion authentique est source de paix et non de violence ! a-t-il martelé. Personne ne peut utiliser le nom de Dieu pour commettre de la violence ! Tuer au nom de Dieu est un grand sacrilège ! Discriminer au nom de Dieu est inhumain. »

Pour le Souverain Pontife, « la liberté religieuse ne peut pas être garantie uniquement par le système législatif en vigueur ; c’est un espace commun, une atmosphère de respect et de collaboration, qui doit être construit avec la participation de tous. Celui qui est assuré de ses convictions propres n’a pas besoin de s’imposer, d’exercer des pressions sur l’autre », a-t-il relevé.  Le Pape François a par ailleurs souligné que « la liberté religieuse n’est pas seulement un espace d’autonomie légitimement revendiquée, mais une potentialité qui enrichit la famille humaine. Les croyants peuvent offrir une contribution importante, même irremplaçable dans plusieurs domaines d’action : la lutte contre la pauvreté, la justice sociale, le développement économique inclusif. »

« Combien l’âme humaine a besoin de ne pas perdre de vue le sens profond des expériences de la vie et de récupérer l’espérance ! » a affirmé l’évêque de Rome. C’est là aussi un terrain particulièrement fécond pour le dialogue interreligieux. Et le Pape François a exhorté les responsables religieux albanais à « continuer d’être un signe, pour leur pays et pas seulement, de la possibilité de relations cordiales et de collaboration féconde entre des hommes de religions différentes. »

Sortant de son texte, le Pape François a affirmé qu’il n’ignorait pas le danger du relativisme. « Pour dialoguer, il faut partir de sa propre identité. Sans identité, on ne peut pas dialoguer. Chacun a sa propre identité et cela ne sert à rien de faire semblant d’en avoir une autre. Ce qui compte c’est de cheminer ensemble sans trahir sa propre identité, sans masque et sans hypocrisie. »

(Tratto dall'archivio della Radio Vaticana)

Lire la suite


« Église d’Albanie, merci pour ta fidélité à l’Évangile ! »

(RV) C’est sur la place qui porte le nom d’une fille illustre de ces terres, Mère Teresa, albanaise d’origine macédonienne, que le Pape François a célébré la messe dimanche matin, dans le centre de Tirana, la capitale albanaise. Des dizaines de milliers de personnes étaient massées sur la place, des catholiques, membres d’une Église martyre aujourd’hui en plein essor, mais aussi des musulmans, majoritaires dans ce pays qui a tant souffert et qui a réussi à instaurer la paix interreligieuse. Il y avait aussi des fidèles venus des pays voisins. Lors de son homélie, le Pape a aussi salué les nombreux jeunes présents, « Vous êtes un peuple jeune !» a-t-il lancé sous les applaudissements enthousiastes de la foule, alors que les pays des Balkans connaissent des difficultés démographiques.

C’est en voiture découverte, comme d’habitude, que le Saint-Père a circulé dans la foule en liesse. Des mesures de sécurité exceptionnelles avaient toutefois été prises : les participants à la messe avaient été fouillés, des tireurs d’élite avaient pris place sur les immeubles du centre. Dans son homélie, le Souverain Pontife n’a pas manqué d’évoquer « le passé douloureux de l’Albanaise, un passé récent où la porte de ce pays a été bloquée par le verrou des interdictions et des prescriptions d’un système qui niait Dieu et empêchait la liberté religieuse, un système qui avait peur de la vérité et de la liberté ; des décennies d’atroces souffrances et de très dures persécutions contre les catholiques, les orthodoxes et les musulmans. »

L’Albanie terre de martyrs

« Nous pouvons dire que l’Albanie a été une terre de martyrs », a lancé le Pape François rendant un hommage appuyé au courage et à la cohérence de ceux qui ne se sont pas pliés devant les menaces, qui ont souffert pour le Christ, y compris jusqu’au sacrifice de leur vie. L’évêque de Rome a choisi de limiter sa courte visite à Tirana, la capitale, mais il a dit les mots que les catholiques albanais attendaient en disant se rendre spirituellement au mur du cimetière de Scutari, lieu-symbole du martyre des catholiques.

« Avec émotion, a-t-il dit, je dépose la fleur de la prière et du souvenir reconnaissant et impérissable. Aujourd’hui les portes de l’Albanie se sont rouvertes et le temps d’un nouvel engagement missionnaire pour tous les membres du peuple de Dieu est en train de mûrir. Et le Saint-Père a encouragé les membres de la communauté catholique à donner un élan à l’action pastorale et à continuer la recherche de nouvelles formes de présence de l’Église dans la société. Tant d’hommes et de femmes attendent la lumière de l’Évangile et la grâce des Sacrements ! »

Non à l’idolâtrie de l’argent et à la fausse liberté individualiste

A la fin de la messe, célébrée en latin et en albanais, et avant la prière de l’Angélus, le Pape François a exhorté les jeunes à « construire leur existence sur Jésus Christ, à dire non à l’idolâtrie de l’argent, non à la fausse liberté individualiste, non aux dépendances et à la violence ; et au contraire à dire oui à la culture de la rencontre et de la solidarité, oui à la beauté inséparable du bien et du vrai ; oui à la vie dépensée avec grandeur d’âme et fidélité dans les petites choses. Ainsi vous construirez une Albanie meilleure et un monde meilleur », leur a-t-il dit. Avant la célébration eucharistique, le maire de Tirana, Lulzim Xhelal Basha, avait remis au Pape François les clefs de la ville.

 

 

 

(Tratto dall'archivio della Radio Vaticana)

Lire la suite


« Le peuple albanais n’est pas une menace pour l’Europe »

(RV) A la fin de la messe, célébrée par le Saint-Père, dimanche, sur la place Mère Teresa de la capitale albanaise, l’archevêque de Tirana, Mgr Rrok Mirdita, a chaleureusement remercié le Pape François de sa visite dans cette terre profondément marquée par la souffrance. « Mais les dominations et les idéologies n’ont pas rabaissé le peuple albanais, au contraire, a-t-il relevé, la souffrance a développé la solidarité, l’accueil, l’unité de la famille. Dans la souffrance, les Albanais ont appris à voir les différences, y compris religieuses, comme une richesse. »

« Lorsqu’il s’est effondré il y a près de 23 ans, le régime athée communiste, qui avait promis un paradis sans Dieu, laissait derrière lui un enfer sans consolation. Ce régime a vite été remplacé par le mirage du bien-être qui a brouillé tant d’esprits et aveuglé bien des consciences. Les familles ont été mises à dure épreuve par l’émigration. Le fossé s’est creusé entre les quelques riches et les nombreux pauvres. Lorsque le matérialisme idéologique du communiste a jeté le masque, a souligné Mgr Mirdita, nous avons connu les multiples facettes illusoires du matérialisme pratique du consumérisme. Dans cette période de transition et de désarroi, l’Église est restée aux côtés de la population ; elle peut aujourd’hui témoigner avec certitude que le peuple albanais n’est pas une menace, mais une grande ressource pour la région et pour le continent. Certes cette Eglise n’est pas parfaite. Elle a besoin que le Saint-Père la confirme dans la foi, la corrige et l’encourage. »

 

(Tratto dall'archivio della Radio Vaticana)

Lire la suite


 

Copyright - Paroisse de Saint-André de l’Europe- 2014