Menu | Contenu | Retour | Actualités | Progression | Rechercher | Pied de page | Accessibilité | Plan du site | Accueil
                                                               
                                                               
| Accueil | Contacts | Horaires | Plan du site |
Intention du Pape : septembre 2018
Universelle :
Les jeunes d’Afrique
Pour que les jeunes du continent africain aient accès à l’éducation et au travail dans leur propre pays.
Saint André de l’Europe
24 Bis rue de saint-Pétersbourg
75008 PARIS
Tél : 01 44 70 79 00
Fax : 09 57 84 35 08
INFO LETTRE
pour suivre les activités de la paroisse

  • Dans la même rubrique
    Site Sitio.guide : site d’accompagnement humain mis en place par le diocèse de Paris.

    Agenda

    ««  2018  »»
    ««  Septembre  »»

    Aujourd'hui

    LuMaMeJeVeSaDi
    272829303112
    3456789
    10111213141516
    17181920212223
    24252627282930
    Événements prochains ou récents

    Dernier festival avant démontage

    Samedi 20 juin à 20h30
    Virtuoses de l’orgue : Marie Louis LANGLAIS et Sylvie MALLET jouent du Mage, Bach et Langlais

    GRANDES VIRTUOSES DE L’ORGUE

    Sylvie Mallet et Marie-Louise Langlais

    LE CONCERT
    Pierre DU MAGE (1674-1751)
    Quatre extraits du Livre d’Orgue *
    1. Plein jeu
    2. Basse de trompette
    3. Récit
    4. Grand jeu

    Jean-Sébastien BACH (1685-1750)
    5. Partita „O Gott, du frommer Gott“, BWV 767 *
    César FRANCK (1822-1890)
    6. Troisième choral, en la mineur *
    Charles TOURNEMIRE (1870-1939)
    7. Communion (L’Orgue Mystique n°36, cycle après la Pentecôte) **
    Jean LANGLAIS (1907-1991)
    Deux extraits de la Suite française
    8. Méditation sur les jeux de fonds **
    9. Arabesque sur les flûtes*
    10. Canzona (Suite folklorique)*
    11. Intermezzo (Troisième Symphonie) **
    12. Double fantaisie pour 2 organistes, 1er mouvement (Mosaïque 1) * et **
    13. Grands jeux (Suite brève)*
    * Interprété par Sylvie Mallet / ** Interprété par Marie-Louise Langlais

    LE PROGRAMME

    Le Livre d’Orgue de Pierre Du Mage contient huit pièces pour orgue d’une grande qualité et témoigne de la richesse de la musique française pour orgue des XVIIe et XVIIIe siècles, mise au service d’instruments prestigieux. Du Mage lui-même fut organiste successivement à la basilique royale de Saint-Quentin puis à la cathédrale de Laon. Les quatre extraits choisis mettent en valeur alternativement les ensembles et les jeux de soli de l’orgue dans toute la majesté du Grand Siècle.

    Jean-Sébastien Bach est considéré, à juste titre, comme le père de la musique pour orgue. Tout organiste joue, a joué ou jouera du Bach. Dans son oeuvre, considérable, Sylvie Mallet a choisi d’interpréter la Partita « O Gott, du frommer Gott », (« O Dieu, Dieu clément ») BWV 767. Cette oeuvre de jeunesse du musicien s’articule en 9 varia-tions, comprenant le simple thème du choral harmonisé suivi d’une succession de courtes pièces extraordinairement variées et colorées qui montrent déjà la maîtrise croissante du jeune Jean-Sébastien.

    Le Troisième choral de César Franck, achevé peu avant la mort du compositeur, est à la fois sa dernière oeuvre et son testament musical. En hommage à peine déguisé à Jean-Sébastien Bach avec son motif initial reprenant les contours du Prélude en la mineur pour orgue de Bach et la référence explicite à « la » Toccata en ré mineur, Franck superpose son langage chromatique et construit un triptyque grandiose d’un lyrisme saisissant.

    Charles Tournemire fut organiste de la Basilique Sainte-Clotilde pendant 41 ans, de 1898 à 1939. Compositeur inspiré, il édifia un monument au chant grégorien en écrivant L’Orgue Mystique, un ensemble de 51 offices pour orgue, offrant à la liturgie catholique de son époque l’équivalent de ce que Bach avait légué à la liturgie protestante. La « Communion » de l’Office n°36 « pour le temps après la Pentecôte » exprime toute la poésie et la foi rayonnante du compositeur. En quelques mesures seulement, il sait capter l’attention et plonger l’auditeur dans le mystère divin.

    Jean Langlais, compositeur et organiste aveugle, concertiste, improvisateur, pédagogue recherché, fut pendant 42 ans l’organiste de la Basilique Sainte-Clotilde à Paris (1945-1987) où il succéda à César Franck et Charles Tour-nemire, formant le troisième chaînon de ce que l’on a coutume d’appeler « L’École de Sainte-Clotilde ». Catholique convaincu, il est surtout connu pour sa musique sacrée : il composa treize messes vocales dont la Missa Salve Re-gina, la Messe solennelle » et la Missa in simplicitate données un peu partout dans le monde, durant les offices ou en concert. Mais il est aussi admiré pour sa musique instrumentale, particulièrement inspirée par le folklore breton, sa terre natale.

    Ce compositeur a exploré, sur une période de plus de 60 ans, entre 1927 et 1990, toutes les formes et possibilités de l’orgue dans un style personnel qui doit beaucoup à l’influence des compositeurs français du XXe siècle. Il a, entre autres, développé la forme de la « Suite », si caractéristique de la musique française depuis la Renaissance.

    C’est ainsi que l’on pourra entendre des extraits de plusieurs de ses « Suites » pour orgue : la Suite Française (1948), tout d’abord, dont la « Méditation sur les jeux de fonds » fait admirer cette couleur sombre et calme si parti-culière à l’orgue tandis que l’ « Arabesque sur les flûtes » déroule ses méandres debussystes, virtuoses et volubiles, sur sonorités de bourdons et de flûtes.

    La « Canzona » de la Suite Folklorique (1952) brode dans un style plus strict quelques variations épousant les tour-nures archaïques du thème choisi de la « Bataille de Pavie » traité plus tard également par Bach.

    Dans un autre ordre d’esprit, totalement profane, l’ « Intermezzo » de la Troisième Symphonie réutilise la pièce « Scherzo cats » de l ‘American Suite (1959), une improvisation farceuse évoquant les nombreux chats de l’organiste américaine Helen Hewitt, dédicataire de la pièce.

    Élargissant son champ d’action, Jean Langlais a également composé pour 2 organistes sur le même orgue, soit 4 pieds et 4 mains (formule perdue depuis le XIXe siècle), une « Double Fantaisie » (Mosaïque, 1976) dont la pre-mière partie se veut une variation sur quelque lointain carillon.

    Pour clore ce portrait éclectique d’un compositeur extrêmement prolixe, voici les « Grands Jeux » de sa Suite Brève (1947), introduction en majesté de la toute puissance et la grandeur de l’instrument-roi dans un langage résolument XXe siècle.

    LES INTERPRÈTES

    Pianiste et organiste, Sylvie MALLET a effectué ses études musicales au Conservatoire d’Angoulême, où elle a remporté les premiers prix de piano et d’orgue avant de se voir décerner, à la Schola Cantorum de Paris, dans la classe de Marie-Louise Langlais, le diplôme de virtuosité à l’orgue (1994).

    Dès l’âge de 20 ans, elle s’est consacrée à l’enseignement, du piano et du clavecin d’abord, intégrant le Conservatoire Supérieur de Paris-CNR en 1993 en tant que chargée de cours de piano à la Maîtrise de Paris. Peu après elle était nommée professeur de piano et d’orgue dans ce même conservatoire, postes qu’elle occupe toujours actuelle-ment. Pendant une dizaine d’années, elle a assisté l’organiste à l’orgue de la Cathédrale d’Angoulême, avant d’accéder, à Paris, de 1993 à 2004, à la fonction d’organiste de choeur de la Basilique Sainte-Clotilde.

    Menant de front une carrière d’enseignante et de concertiste, elle a participé en 2001, comme pianiste, à l’enregistrement du CD « Jean Langlais – Musique de chambre avec piano » et enregistré à l’orgue, avec Marie-Louise Langlais, un CD de musique pour 2 orgues et 2 organistes sur les prestigieux instruments de la cathédrale de Lucerne, en Suisse (disque FESTIVO, Pays-Bas). Elle a, enfin, en 2007, participé au CD « Musiques pour le cen-tenaire » consacré à Jean Langlais (DELATOUR-France).

    Affirmant le caractère international de ses activités, elle a, en 2012 et en 2014, joué et enseigné aux États-Unis, en particulier à la « Summer Organ Academy » d’Oberlin (Ohio).
    Marie-Louise LANGLAIS est organiste et musicologue. Épouse du compositeur Jean Langlais dont elle fut l’élève à la Schola Cantorum de Paris, elle est titulaire du doctorat d’État de musicologie de l’Université Paris IV-Sorbonne.

    Elle débuta sa carrière d’organiste à l’orgue Silbermann du temple protestant Saint-Jean de Mulhouse, puis, après son mariage, devint adjointe de Jean Langlais au Grand Orgue de Sainte-Clotilde à Paris. L’enseignement demeura cependant sa priorité. Successivement professeur d’orgue et d’improvisation au CNR de Marseille puis à la Schola Cantorum de Paris, elle accéda, en 1988, à la chaire de professeur d’orgue et improvisation au CRR de Paris, parti-cipant au Pôle Supérieur de Paris/Boulogne-Billancourt dès sa création.

    Elle a donné de nombreux récitals en Europe et en Amérique du Nord, enregistré pour des firmes françaises et étrangères, assuré conférences et classes sur la musique française pour orgue des XIXe et XXe siècles, en particulier « L’École de Sainte-Clotilde : Franck-Tournemire-Langlais », son sujet de prédilection. En 1992, elle a enseigné pendant un semestre à l’Université d’Oberlin aux États-Unis. Son livre Ombre et lumière, Jean Langlais (éditions Combre), paru en 1995, a obtenu, par ailleurs, un Prix spécial de l’Institut de France en 1999.

     

    © Paroisse Saint-André de l’Europe 2014-2018